Un dictionnaire des rêves : est-ce utile ?

Lorsqu’on cherche à interpréter soi-même son rêve en parcourant internet, on tombe vite sur une liste de significations : un dictionnaire des rêves.

Que faire de ces significations, épurées, isolées, voire contradictoires ?

Comment relier les significations correspondant à chaque élément d’un rêve, pour en faire une interprétation cohérente ?

Est-ce qu’un thérapeute ou un psy qui maîtrise l’interprétation des rêves a réellement besoin d’un dictionnaire des rêves ?

Dans cet article je vous raconterai d’abord que les dictionnaires des rêves s’inscrivent dans une tradition ancienne. Puis je vous exposerai les raisons qui font que ces manuels ne sont pas suffisants. Enfin je vous expliquerai qu’une bonne interprétation des rêves se passe de dictionnaire des rêves.

dictionnaire des rêves
L’interprète doit rester « focus ». Or les dictionnaires des rêves ont tendance à nous éloigner du sujet.

Dictionnaire des rêves : une tradition ancienne

Les premières clés des songes

Le genre « dictionnaire des rêves » est issusde traditions très anciennes. On pense à des ouvrages tels que « La clé des songes » d’Artémidore d’Ephèse (IIe siècle avant notre ère) et « L’Interprétation des rêves » de Mohammed Ibn Sirine (VIIème siècle de notre ère) .

A la base de ces livres, des hommes savants qui ont souhaité transmettre leurs recherches sur les rêves. Entreprises louables et généreuses que ces ouvrages dont la lecture vaut le détour. Ne serait-ce parce qu’ils nous mettent en contact avec des époques lointaines (j’ai un faible pour les vieux textes, je trouve émouvant de pouvoir approcher ce qui vivait un humain d’avant). Parce qu’ils ont influencé durablement notre manière actuelle de considérer les rêves et leur traitement. Et puis parce que nous apprécions nous sentir en contact avec d’autres esprits libres.

Oui mais ces clés des songes sont si lointaines qu’elles ne peuvent plus être d’actualité. D’abord parce que les mœurs changent, l’histoire a fait bouger nos représentations du monde et nos systèmes de valeurs. Aussi parce que l’inconscient collectif de l’homme et de la femme du XXIe siècle est différent de ce qu’il était il y a plusieurs siècles.

Des hommes derrière les pages

Artémidore d’Ephèse et Mohammed Ibn Sirine étaient des hommes. Qui certes se sont appliqués à nous transmettre des connaissances précieuses qui fascinent encore aujourd’hui. La fascination s’explique aussi par les longs siècles d’obscurantisme qui nous séparent de ces âges d’or de l’onirologie. En effet, pendant toute l’antiquité, et encore aujourd’hui chez les amérindiens et les peuples aborigènes, l’analyse des rêves était une chose importante.

Pour les politiques : ça les aidait à prendre les meilleures décisions. Pour les malades : on n’envisageait pas un diagnostic médical sans porter une attention particulière aux rêves du patient. L’incubation, courante dans le bassin méditerranée consistait en se rendre dans un lieu de soin, pour dormir, rêver, et se soigner.

( 👉 voir FAQ article « l’onirologie : une pratique millénaire » pour aller plus loin).

Or, les prêtres-médecins qui recevaient dans ces temples d’incubation ne consultaient pas un manuel sur lequel étaient référencés tels et tels troubles pour tels et tels symboles… Ils considéraient le malade dans sa globalité (approche holistique) dans son unicité. Ils faisaient parler le rêve, écoutaient quelle histoire le rêve racontait que le patient ne disait pas.

👉En un mot : ils se faisaient psychologues. Et ce qui leur permettait de faire le lien entre tous ces éléments : symptômes, rêves, humeur du patient, attitude, discours, comportement… C’était leur expérience et leur intuition.

Les clés des songes les plus anciennes comme les plus récentes ne sont que des relevés de significations collectées par un auteur. Et donc sélectionnées et triées par lui. Par un homme. Elles portent l’empreinte de sa vision du monde. Elles ne sauraient retranscrire l’infinité des combinaisons possibles dont est capable chaque être qui rêve, plusieurs fois chaque nuit.

dictionnaire des rêves
Comme au tarot, un symbole peut signifier tout et son contraire selon son ordre d’apparition. Toutes les combinaisons sont possibles.

Comment utiliser un dictionnaire des rêves

Un dictionnaire des rêves repose sur l’hypothèse qu’on peut classifier les symboles qui apparaissent en rêve en fonction des référents auxquels ils sont le plus couramment associés. Autrement dit : rêver de serpent = le danger, la maladie, la peur (conceptions occidentales classiques), le diable (conception type de la triade judaïsme-catholicisme-islam) le sexe masculin, la libido (conception freudienne), le sacré, le soin, la guérison (conception chamanique)… En lisant cela vous voyez déjà qu’il y a plusieurs problèmes :

_ Ces significations sont toutes bien différentes. Elles sont influencées par la culture qui les propose.

_ Mais alors si pour chacun des symboles de mon rêve j’ai autant de choix de signification… Je choisis quoi ? Comment je fais pour savoir ce qui est approprié ?

_ Ces significations sont relativement « fermées » : elles correspondent à un système de croyance donné. A quelle « école » me référer ?

Nous allons y revenir en répondant à ces questions points par points.

Pourquoi un dictionnaire des rêves n’est pas suffisant

Vous l’aurez compris, je ne suis pas de celles qui croient ce qu’on leur dit. J’ai besoin de faire l’expérience. J’ai besoin d’expérimenter quelque chose pour m’approprier un savoir ou pour le nuancer.

Or il se trouve que j’ai commencé par consulter ces dictionnaires des rêves quand j’étais très jeune, comme tout le monde… J’ai vite compris que je n’en avais pas besoin. Au contraire, quand je m’efforçais à sélectionner les significations qui me paraissaient les plus proches de ce que je vivais. Qui semblaient le mieux correspondre à mon état émotionnel du moment : je tombais systématiquement à côté ! Pourquoi ?

Le rêve est un produit de l’inconscient

Ce qui vient en rêve parle d’informations subconscientes. Autrement dit qui affleurent la conscience mais ne sont pas encore conscientes. Or, si l’on sélectionne soi-même les significations qui nous paraissent appropriées parmi toutes celles que nous propose internet : on choisit avec sa tête. On choisit avec ce qu’on connaît, ce qui nous paraît « coller ».

Autrement dit on rationalise le rêve, on fait preuve de logique. Donc on tombe à côté puisque le rêve est un produit de l’inconscient, qui parle avec le langage de l’imaginaire pour amener à la conscience des choses encore non-nommées.

Chaque rêve est unique

Croire en un dictionnaire des rêves, reviendrait à considérer un rêve comme un code informatique. A chaque partie du code correspondrait un élément fixe. Le code entier ne serait donc que la somme de ses parties. Or en rêve, la somme des parties n’égale pas le tout. Le tout est déjà présent dans chacune des parties. Le message du rêve imprègne chaque élément et lui donne une coloration particulière.

Exemple :

Si je rêve de dents qui tombent = mort. De mon ex = il pense à moi. Si je rêve d’un avion = … Non, en fait je vais m’arrêter là car je viens de taper « rêve d’un avion dans Google » pour voir. J’ai lu deux articles de deux sites différents en diagonale et ça m’a démoralisée haha ! Tout et son contraire…

👉Tout ça pour dire que chaque rêve est unique. Si certains symboles apparaissent assez souvent en rêve (maison, chien, mer, forêt, agresseur inconnu…) ce n’est pas pour autant qu’ils signifient à chaque fois la même chose. (C’est plutôt qu’ils sont des choses de la vie courante). Tout dépend du rêve.

Aussi, contrairement à ce que veulent nous faire croire les dictionnaires des rêves, pris isolément un symbole ne veut absolument rien dire. Il commence à parler seulement à partir du moment où il s’inscrit dans un récit onirique correctement restitué. En interprétation des rêves, chaque détail compte.

Les risques de se référer à un dictionnaire des rêves

Donner trop de crédit à un dictionnaire des rêves comporte des risques :

_ Croire en des significations arbitraires sans les remettre en question. Or tout rêve qui arrive porte en lui les germes d’une remise en question. Le rêve pousse le rêveur à élargir son regard et sa conscience. Le rêve est un agent de la psychologie, au service de l’individuation.

_ Trouver des explications superficielles à des sujets qui peuvent être graves, et donc stagner ou régresser.

_ Interpréter de travers, avec le risque réel de faire des mauvais choix et de se compromettre.

_ Renvoyer les raisons de son mal-être à des personnes de son entourage qui n’y sont pour rien et les blesser.

Et à la longue :

_ Se rendre compte qu’on s’est trompé et décréter que l’interprétation des rêves c’est du pipeau !

_ Associer l’interprétation des rêves à de la voyance bon marché et se couper de son inconscient et de ses conseils.

_ Se priver d’un travail d’introspection bénéfique, et de l’accompagnement de l’analyste qui aurait su vous guider.

_ Perde une chance de mieux se connaître soi-même et de découvrir ses ressources intérieures profondes.

Un manque de contact avec la réalité

Ainsi nous pouvons en conclure qu’un dictionnaire des rêves apportera au mieux des pistes mais pas de solution. Ses significations sont vagues, ses explications douteuses… Interpréter son rêve à grand renfort de dictionnaires des rêves a de grandes chances de déboucher sur l’obtention d’explications abondantes mais spécieuses. On se rendra très vite compte que selon comment on combine toutes ces infos glanées, on pourra faire dire au rêve tout et son contraire.

Et après, comment mettre cette interprétation en relation avec la réalité, comment se mettre en action ? L’écueil ultime et paradoxal demeurant de rester bloquer dans les nuées de la symbolique… Le symbole aura été transformé en pierre d’achoppement entre l’inconscient et la réalité. L’interprétation aura échoué.

Comment analyser ses rêves sans dictionnaire

Je n’utilise aucun dictionnaire des rêves pour analyser les rêves de mes clients (et les miens). Alors qu’est-ce que je fais ?

dictionnaire des rêves
L’intuition reste le meilleur associé de l’interprète. A condition qu’il sache l’entendre, l’écouter et aussi connaître ses limites.

J’observe

Un rêve est un récit reconstitué à l’état d’éveil. Lorsque je lis votre rêve, j’observe les dynamiques, les mouvements qui le régissent. J’observe la manière dont les choses s’agencent. Je relève les zones de clarté et les flous, je suis attentive au choix des mots, au ton, à l’émotion. J’observe ce qui me questionne, ce qui est original, ce qui l’est moins.

J’explore la créativité d’un esprit qui utilise le langage symbolique de la pensée pour en produire de nouvelles, pour se ré-générer et générer de nouvelles formes à partir d’anciennes. Je me plonge littéralement dans votre univers onirique comme on se plonge dans un roman, un conte, un film.

J’accepte la donne, nouvelle à chaque rêve, qui pose ses règles de fonctionnement et qui renseignent sur le rêveur et son parcours. Je suis une touriste, je me balade et je retranscris ce que je comprends. De cette manière je débloque le dialogue entre votre « Moi » et votre inconscient. Je vous aide à amorcer en vous des prises de conscience constructives et à fluidifier votre rapport à votre intuition.

Je me renseigne sur la réalité des symboles

Lorsqu’il y a un symbole que je ne connais pas ou je que je connais mal, je me renseigne. Mais attention : je n’ouvre pas un dictionnaire des rêves.

Je peux aller regarder dans un ouvrage spécialisé (par exemple s’il s’agit d’un symbole celte, je consulterai un livre sur la mythologie celte, s’il s’agit d’un Dieu égyptien j’irai faire un tour du côté de chez Osiris…). Ce que je recherche, ce n’est pas à forcer un lien d’analogie. Juste à enrichir ma culture générale. Si la signification de ce symbole pallie à un manque, alors elle m’aidera. Souvent, je la pressens. Car il est rare qu’un rêve soit juste la somme de différents symboles. On observe plutôt dans tel rêve – ou dans une série de rêves – un même archétype qui se renouvelle en changeant de forme et de représentation (voir mon article sur les archétypes).

Lorsqu’il s’agit d’un animal ou d’un plante, encore une fois je n’ouvre pas un dictionnaire des rêves : je me renseigne sur les connaissances que peuvent m’apporter la biologie et l’éthologie. Comment vit cet animal, ses caractéristiques, son environnement, son rapport à ses congénères etc…

Je me connecte à mon intuition

Ca ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut du travail, de la patience, de l’humilité et de la constance. Comme pour tout ! A force d’observer ses rêves et ceux de son entourage, à force d’accumuler des connaissances variées. A force de vivre si j’ose dire  : le savoir-faire se précise. L’intuition aussi.

En attendant, avant d’être autonome dans le décryptage de ses rêves, la meilleure façon de progresser est de demander son avis à un onirologue professionnel. Envoyez lui ce rêve qui vous questionne. Et pendant qu’il l’interprétera avec vous, observez comment il procède. Ensuite vous pourrez essayer de faire comme lui à votre tour, jusqu’à personnaliser le processus pour vous y sentir à l’aise.

Aussi, suite à une première interprétation des rêves, les « grands rêveurs » me recontactent souvent dans les jours qui suivent. Ils veulent aller plus loin, poursuivre le travail d’analyse. Je leur propose donc des séances d’analyse simples au cours desquelles nous travaillons ensemble. Ils réfléchissent au sens de leurs rêves et mon rôle est de les guider, d’enrichir leur interprétation, de les encourager dans leurs explorations.

N’hésitez pas à réagir en commentaire et à me contacter si vous êtes intéressé !

Faites de beaux rêves et notez-les !

Léa Le Gall


Publié le
Catégorie(s) : Interprétation des rêves

Laisser un commentaire :

Vous aimerez aussi :


Interprétation des rêves à la loupe

L’interprétation des rêves à la loupe

Une interprétation des rêves, ça m’intéresse. Mais un rêve, c’est quoi au juste ? Tour d’horizon du rêve et de ses différentes fonctions.

l'interprétation d'un rêve c'est du pipeau

« L’interprétation d’un rêve ? C’est du pipeau ! »

Depuis que vous avez échoué à trouver une signification, vous croyez que l’interprétation d’un rêve est futile. Et si vous essayez autrement?

grand rêve

Un « grand rêve » selon Carl Gustav Jung, c’est quoi ?

On appelle « grand rêve » un rêve qui concerne moins l’individu que le destin de l’humanité. Ce sont des rêves rares mais passionnants !