Interpréter Ses Rêves : pour quoi faire ?

Interpréter ses rêves : pour quoi faire ? L’interprétation des rêves vous attire, vous avez envie de comprendre leur signification mais avez du mal à vous lancer. Peut-être n’êtes vous pas encore assez convaincu de la pertinence du projet. Et puis il y a cet entourage sceptique qui ne voit pas votre nouvelle lubie d’un très bon oeil (je compatis!). Dans mon blog vous trouverez plein d’articles sur les rêves. Lisez en quelques uns pour vous rassurer : on peut être cartésien, responsable, les pieds sur terre, et passionné par l’onirologie. Il y a même des scientifiques qui s’intéressent aux rêves ! Ainsi vous n’aurez plus que de bonnes raisons de démarrer l’aventure !

Dans cet article je réponds à cette question de base : interpréter ses rêves, cool. Mais pour quoi faire au juste ? Quels sont les bénéfices que j’en tirerai ? A la fin de cet article vous aurez compris que le travail du rêve n’est pas du tout une simple distraction. Que c’est bel est bien un travail de reconnexion à Soi, le plus puissant de mon point de vue car j’ai rarement eu des prises de consciences aussi fortes que celles que m’ont permises mes rêves.

interpréter ses rêves

Interpréter ses rêves : ce qu’il faut savoir avant de commencer

L’interprétation des rêves intrigue, fascine, ou inspire de la méfiance… Le rêve est un phénomène qu’on connaît tous et qui nous laisse pas mal désarmé. Que faire de ces rêves qui me perturbent ? Comment les comprendre ? Comment faire pour interpréter ses rêves ? D’où ça me vient de tels scénarios délurés ? Pourquoi j’ai parfois l’impression d’avoir fait en rêve une expérience spirituelle ?

Ainsi certains rêveurs finissent par se passionner pour le rêve, comme moi. A force de rêver, on comprend qu’on ne rêve pas pour rien ! Et on se met à interpréter ses rêves, et ça devient un moment important, qui fait complètement partie de notre hygiène de vie.

D’autres, suite à des rêves gênants, en viennent à rejeter l’interprétation des rêves. Simplement parce que eux n’ont pas réussi à leur donner du sens. Quelqu’un qui n’a pas réussi à trouver le moyen d’interpréter ses rêves, sera le pire dissident de l’onirologie. C’est plus simple de se dire que ça ne marche pas, que les rêves c’est n’importe quoi, plutôt que de se dire que c’est juste qu’on a pas fait ce qu’il fallait. (sur ce sujet, vous pouvez lire l’article suivant : l’interprétation d’un rêve : c’est du pipeau ! )

Alors dans cet article je vais faire la lumière sur ce que signifie d’interpréter ses rêves, et pourquoi c’est sain de s’intéresser aux manifestations de son Soi, plus libre de s’exprimer lorsque la personnalité est endormie. L’onirologie, l’art de l’interprétation des rêves est une pratique ancestrale, dont on retrouve une tradition dans toutes les civilisations, de tout temps, et partout dans le monde.

Le rêve est l’un des premiers témoins de la conscience

Au commencement était le rêve : immanence et transcendance

Au commencement était le rêve – pour paraphraser une phrase connue… En effet, on pense que le phénomène du rêve fut l’un des premiers qui aurait mis l’homo sapiens sur la piste qu’il y avait “autre chose”. Autre chose que ce qu’il expérimentait de la réalité. Autre chose que ce que ses cinq sens lui donnaient à voir. Cet autre chose, les rêves de la nuit lui en donnaient un aperçu. Ainsi, il y a encore quelque chose en moi qui parle, qui crée, même lorsque je suis endormi, soumis à l’amnésie du sommeil. Même lorsque je me soustrais à la perception de mon environnement, quand je dors et donc que je perds toute vigilance.

On pense que la croyance en “l’âme” et donc plus tard au “divin”, aurait eu pour premier support le rêve. Le phénomène du rêve, du souvenir du rêve, aurait donc été l’un des facteurs à l’origine de l’ère des rites, des sépultures, des symboles, des croyances, des religions et bientôt des règles qui, aussi loin qu’on remonte dans la préhistoire ont toujours imprégné la vie de l’homo sapiens et rendu possible l’organisation grégaire. Ainsi avant le concept de la transcendance, l’homo sapiens aurait fait l’expérience de l’immanence : ce qui vient de lui, pendant son sommeil, mais d’un ailleurs en lui.

Puis est arrivé le concept de l’inconscient

Comment nommer cet “ailleurs en Soi” d’où provient le rêve ? Ca dépend des croyances et des cultures. Les religions occidentales et orientales projettent cet ailleurs dans le ciel, Dieu et le diable étant les scénaristes du rêve. Les spiritualités asiatiques quand à elles intériorisent la création du rêve qui surgit de l’âme, donc de l’intérieur de son être. Cet ailleurs qu’on peut donc nommer l’univers ou l’âme selon le point de vue qu’on adopte, aujourd’hui on l’appelle l’inconscient pour sortir le phénomène du rêve du domaine religieux. Inconscient donc simplement par opposition au conscient.

Moi et mon inconscient

L’inconscient est l’endroit des rêves, des intentions profondes, des facettes inconnues de soi-même. Le conscient est l’endroit du Moi, du Je, de mon identité et de mes opinions.

Le conscient est donc la réalité du Moi : ce que j’expérimente lorsque je suis réveillé, les pensées que je connais, ce que je peux formuler, me représenter… Ce qui accède au langage.

L’inconscient est ce qui garde tout le reste : ce que je ne connais pas de mon propre fonctionnement, de mes capacités, des mes failles aussi, de mes intentions, de mon désir… Tout ce qui n’accède pas à ma conscience et pourtant influence mes choix, mes réactions et ma perception de la réalité.

L’inconscient est donc utilisé pour remplacer le mot « âme » en psychologie, ce qui nous permet de nous extraire de la question théologique et de s’intéresser juste à la nature humaine. Grâce à ce mot, on sort de la question religieuse et on reste dans le domaine de la psychologie, ce qui est important pour moi car la psychologie permet d’observer des phénomènes humains universels sans s’encombrer de pressions idéologiques et traditionnelles.

Mais en réalité vous l’aurez compris, âme et inconscient sont des synonymes car le psychisme, la psyché et donc la psychologie, ont bel et bien pour étymologie le mot « âme ».

interpréter ses rêves

Interpréter ses rêves c’est favoriser le dialogue entre l’inconscient et le Moi

Le rêve est une forme particulière de pensée

Pour comprendre comment ça marche l’interprétation du rêve il faut donc dans un premier temps admettre que le rêve est une forme d’expression de la pensée, différente de la pensée habituelle car produite dans un contexte particulier qu’est l’état de sommeil. On dira donc que le rêve est une histoire racontée par l’inconscient lorsqu’on est endormi.

L’inconscient n’est pas une réalité scientifique, il n’y a pas d’ère cérébrale de l’inconscient par exemple, ni d’hormone de l’inconscient… L’inconscient est un concept nécessaire en psychologie pour désigner une partie du psychisme qui héberge des pensées, des ressources, des blessures, des souvenirs…etc qui n’ont pas accédé à la conscience. Pourquoi ? Sinon ce serait juste le bazar complet ! On ne peut pas tout penser, tout être, tout retenir et tout savoir en même temps… Le Moi est obligé de sélectionner, et les choses qu’il ne juge pas utile, il les renvoie dans l’inconscient.

Par opposition à l’inconscient, on parle donc du Moi qui doit disposer de certaines pensées pour bien mener les actions qu’il a à effectuer. Le Moi est le « je » : je suis, je pense, je trouve que, je ressens ceci, j’ai envie de cela… Le Moi est ce qui nous permettre d’être au monde. C’est notre personnalité et notre véhicule dans le monde.

Dans cette perspective vous commencez à comprendre ce qui va être intéressant dans le fait d’interpréter ses rêves. L’interprétation des rêves permet de traduire les rêves, ces messages de l’inconscient, afin de les faire accéder au Moi. Autrement dit interpréter ses rêves nous permet de prendre conscience de certaines informations sur les événements qu’on traverse mais aussi sur notre propre comportement. Des choses qu’on n’avait pas mis en lumière, dont on n’avait pas conscience. Et donc interpréter ses rêves va nous permettre de gagner en lucidité et de mieux se comprendre soi-même.

Ce qui est dans l’inconscient est dans l’obscurité. Nous ignorons ce dont nous n’avons pas conscience, par définition. Interpréter ses rêves permet de sortir de l’ignorance des données qui nous concernent pour mettre en lumière notre attitude, nos choix, et agir en conscience, enrichi de l’éclairage de nos rêves et soutenu par la totalité de notre psychisme.

Le rêve vient donner des informations supplémentaires au Moi

Pourquoi le rêve est le moment idéal pour avoir accès à des contenus inconscients ? Ce qui nous empêche d’accéder à nos pensées inconscientes, c’est notre Moi. Le Moi s’est construit d’une certaine manière et va privilégier les connaissances et les aptitudes qui lui servent au quotidien, dans la vie. Dans l’inconscient, il y a tout le reste. Or lorsque l’on dort, le Moi est lui aussi endormi, donc ce n’est plus le Moi qui filtre les pensées. Et puis l’activité cérébrale n’est pas la même. D’où l’impression de “trou noir » au petit matin après huit heures de sommeil. On ne se souvient pas de ces huit heures, comme si on n’y était pas. On se réveille chaque matin comme d’une petite amnésie : c’est parce que le Moi était au repos et que c’est lui qui assure la vigilance, la conscience d’être, de vivre.

Mais le Moi est un peu rigide. C’est normal, c’est son job. Pour assurer la cohérence de la personnalité, l’intégrité de l’individu, le Moi est solide, ce qui est sain. La conséquence c’est qu’il est vachement dans son délire et peut avoir du mal à se rendre compte quand il se trompe. Le Moi est rigide. C’est ici que le rêve à mon sens est génial. L’inconscient va chercher à compenser l’attitude du Moi lorsque le Moi est têtu comme une bourrique et se trompe dans sa perception d’une situation. Le rêve quant à lui ne mâche pas ses mots et dira ce qu’il en pense. Interpréter ses rêves permet de prendre connaissance du point de vue de l’inconscient, et donc de revoir ses positions si nécessaire et de se rendre compte lorsqu’on se trompe.

Par la voie du rêve, l’inconscient va nous apporter pendant la nuit des informations supplémentaires qui vont nous permettre chaque jour de grandir, et d’être capable de relever les défis qui nous attendent dans la vie active, en allant vers ce qui nous appelle, et en ne gaspillant pas d’énergie là où ça n’est pas intéressant. La nuit porte conseil, cette expression résume bien cela.

Interpréter ses rêves : le bon moyen d’entendre enfin les messages qui ne passent pas

Est-ce qu’on se souvient de tous ses rêves ? Non. On se souvient de très très peu de rêves. Voyons comment ça se passe pour les rêves dont on se souvient et ceux dont on ne se souvient pas.

La plupart du temps : on ne se souvient pas de ses rêves

On rêve tous, toutes les nuits. Ainsi ce travail de communication entre l’inconscient et le Moi se fait naturellement la plupart du temps : c’est un processus naturel. On sait aujourd’hui que le rêve est important pour la gestion des émotions, pour les apprentissages, pour se préparer à affronter les difficultés auxquelles on fait face. Les neuroscientifiques qui étudient le sommeil sont d’accord sur ces points.

Le rêve est un processus naturel qui témoigne d’une activité autonome de la pensée la nuit. Le rêve est la forme que revêt la pensée pendant la nuit, libre et débarrassée du contrôle du mental. Il a été prouvé scientifiquement que l’on rêve à tous les stades du sommeil et que l’activité onirique participe à l’homéostasie du corps. Ainsi on n’est pas sensé se souvenir de ses rêves. Lorsqu’on dort, la conscience diurne est supposée être en off, se reposer. Alors pourquoi parfois on s’en souvient ? Justement lorsqu’on s’en souvient, ça n’est pas « normal ». Donc c’est intéressant.

Quand on se souvient de son rêve

Lorsqu’on se souvient d’un rêve, ça veut dire qu’un message de l’inconscient, autrement dit des informations n’ont pas été reçues par le Moi. Le Moi s’est braqué et les conseils de l’inconscient n’ont pas été reçu. C’est pourquoi on peut se réveiller en sursaut suite à un rêve ou s’en souvenir au réveil et être perplexe une bonne partie de la journée. La perplexité vient du fait que le Moi, une fois réveillé, cherche à comprendre le sens d’un message que, pendant la nuit, il a refusé en bloc.

Le Moi seul n’ira pas bien loin car le rêve s’est heurté à des résistances, c’est à dire des blocages, des points de tension, des sujets sensibles pour le sujet. D’où la difficulté d’interpréter ses rêves seul.

Pourquoi le message du rêve n’est-il pas passé ?

Le Moi n’est pas prêt à tout entendre. Quand l’inconscient donne des informations qui contredisent le Moi, le Moi se braque et rejette en quelque sorte le rêve. La bonne nouvelle c’est qu’on s’en souvient ! Donc on va pouvoir se pencher sur le rêve, afin de comprendre pourquoi le Moi s’est braqué, qu’est-ce qui bloque, et fluidifier la communication entre le Moi et l’inconscient.

Est-ce que certains ses souviennent plus de leurs rêves que d’autres ?

Oui, les personnes qui ont un tempérament introverti ont tendance à mieux se souvenir de leurs rêves. Il y a également le contexte qui joue : lorsqu’on vit une période de chamboulements, on se souvient plus de ses rêves et c’est normal. Il faut voir aussi quelle place est accordée au rêve : quelqu’un qui ne s’intéresse pas à ses rêves, ou qui a grandi dans un contexte où on ne se racontait pas ses rêves, va s’y désintéresser et s’en souviendra moins. Mais ce n’est pas une fatalité ! On peut recommencer à se souvenir de ses rêves. A ce sujet, je vous suggère cet article : se souvenir de ses rêves grâce à 5 conseils qui marchent.

interpréter ses rêves

Ce qu’on gagne à interpréter ses rêves :

L’interprétation des rêves permet donc :

  •  De faciliter le dialogue entre le Moi et l’inconscient et d’identifier nos blocages, nos conflits intérieurs, les enjeux de notre situation, et tout ce qui peut entraver notre progression…

  • Dans une perspective thérapeutique l’interprétation des rêves va nous mettre sur la pistes des points de tension à travailler.

  • Dans une perspective de développement personnel l’interprétation des rêves va nous permettre de développer notre plein potentiel, d’être aligné avec son Soi profond en apprenant à se connaître mieux soi-même et en embrassant sa propre complexité, ce qui nous rend unique et formidable.

Interpréter ses rêves avec un interprète : 

Pour commencer à interpréter ses rêves, travailler avec un interprète est intéressant. Contactez l’interprète de votre choix et expliquez lui votre projet, l’intention qui est la vôtre. A force de travailler sur ses rêves avec un professionnel, vous commencerez peu à peu à devenir plus à l’aise avec votre monde intérieur, à apprendre le langage de vos rêves.

L’interprète est un “onirologue” ou un thérapeute spécialisé en onirologie. Il va vous aider à mettre en lumière ce que raconte le rêve en décryptant son langage symbolique afin de vous permettre de fluidifier la communication avec votre inconscient et avancer plus rapidement sur une problématique que vous rencontrez. Si vous souhaitez savoir en quoi consiste le métier d’onirologue, je vous suggère cet article.

En tant qu’onirologue et analyste jungienne, je serai heureuse de vous accompagner 🙂 Je propose la téléconsultation.

Est-ce qu’il est possible d’interpréter ses rêves seul ?

Oui, rien n’est impossible. Mais ça va être long et beaucoup plus compliqué… Avec le risque de se décourager. On a tendance à vouloir se débrouiller seul en toute circonstance dans notre société. Or la transmission est une jolie chose, et apprendre seul c’est s’exclure d’une expérience humaine qui est une chouette aventure.

Apprendre à interpréter ses rêves grâce à l’onirologie :

Si vous avez envie de vous former à l’interprétation des rêves, j’ai conçu une formation en ligne qui met la pratique à l’honneur. Je l’ai appelée Le Labo du Rêve, car nous étudions le rêve pour ce qu’il est : un processus vivant, qui ne saurait être enfermé dans des méthodes strictes et des idéologies figées. Chaque session de formation en petit groupe favorise l’échange et l’entraide. Vous pouvez ici étudier le programme de la formation.

Est-ce intéressant d’utiliser un dictionnaire des rêves ?

Non! Je le déconseille fortement! J’apprends à mes élèves à ne pas utiliser de dictionnaires des rêves, et moi-même je n’en ai pas. Si vous vous demandez pourquoi, j’ai écrit un article à ce sujet : un dictionnaire des rêves, est-ce utile ?

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire et partager votre témoignage !

Faites de beaux rêves et notez-les !

Léa Le Gall


Si cet article vous a plu, je vous invite à regarder mes vidéos sur Youtube à propos du rêve et de la psychologie analytique de Carl Gustav Jung

Voir la chaîne YT de Léa Le Gall


Publié le

Catégorie(s) : Interprétation des rêves , Psychologie jungienne


Laisser un commentaire :

Vous aimerez aussi :


stage yoga posture

Bienfaits d’un stage de yoga traditionnel

Le quotidien d’un stage de yoga traditionnel permet de profiter d’effets profonds au niveau physique, énergétique et psychique.

rêve phase sommeil

Rêve : Sommeil Paradoxal, Sommeil Profond, Léger ? On fait le point

Le rêve survient il pendant le sommeil paradoxal, le sommeil profond, léger ? Le point sur les circonstances d’apparition du rêve en 2024.